Ne pas se faire pigeonner par son prestataire Web

Développeurs Web : stop aux arnaques, soyez vigilant !

Les créateurs de sites web, nous pouvons en trouver à tous les coins de rues ! Il n’est ainsi pas difficile de trouver un développeur pour mettre en place son projet web/business sur Internet. Or, gare aux arnaqueurs ! Nous vous donnons dans cet article les 8 clés vous permettant de faire tomber les arnaques et de démasquer les escrocs du Web !

Qui est votre prestataire web?

Tout d’abord, renseignez-vous sur le prestataire, ses antécédents et sa forme juridique. Il pourrait être tentant de faire faire le site par la connaissance d’un ami, au noir, pour économiser sur le projet. Mais, outre le fait d’être hors la loi, il vous sera impossible de vous retourner contre le développeur en cas de non-conformité.

De même vérifiez la forme juridique de son entreprise. Une agence avec pignon sur rue permet une certaine sécurité, lorsque plusieurs salariés peuvent prendre le relais sur votre projet, en cas de départ ou de maladie de l’un d’entre eux, à la différence d’une entreprise unipersonnelle. Toutefois, les tarifs en agence sont souvent plus élevés eu égard aux charges supportées par l’agence et le coût de la coordination. Or, cela n’est pas forcément signe d’efficacité et d’honnêteté (j’en ai fait les frais).

Il peut paraître alors plus avantageux de se tourner vers un développeur web indépendant, en entreprise individuelle (EI, auto entreprise) ou en EURL, expérimenté, souhaitant se faire une place sur le marché. Pour connaître le savoir-faire de chacun des prestataires, voyagez sur leur site, consultez leur « book » (beaucoup publient leurs références) pour savoir si leur travail est satisfaisant. Enfin, consultez les sites d’annonces légales afin d’étudier l’historique de l’entrepreneur, son profil Viadéo ou Linkedin… Un entrepreneur changeant tous les deux ans de structure et de raison sociale annonce qu’il y a anguille sous roche.

Quel sera le CMS utilisé?

De même, étudiez bien le CMS qu’il vous faut et choisissez en fonction de cela. Certaines plateformes de constitution de blogs (Overblog, Canalblog, Blogspot) ou de sites web (Joomla, Wix, Jimdo), vous permettent bien souvent de créer un site seul, grâce à des templates préconstruits et un hébergement inclus dans le service. Nul besoin de faire appel à un développeur. Or, certains n’hésitent pas à facturer allègrement ce service. Pour ce qui est de WordPress, il est possible de créer seul un tel site, mais cela demande un peu de temps, de compréhension et surtout, de l’œil d’un expert. Il n’en demeure pas moins qu’un site WordPress vaut beaucoup mieux qu’un site gratuit prêt à l’emploi, car il est très évolutif et permet l’intégration de milliers de widgets et plug-in!.

Quel prix pour votre site web?

Le prix. Un site WordPress est par essence un CMS permettant de monter un site sans coder. Une fois que l’on a trouvé le thème adéquat, c’est parti ! Pour les fonctions annexes, nulle besoin de coder également, les sites WordPress accueillant une multitude de plugins (formulaire de contact, forum, e-commerce, …). Désormais, les nouveaux thèmes WordPress sont responsive par défaut (comprenez par là, adaptés à tous les écrans) et se traduisent automatiquement. Ainsi, si l’on vous propose un prix exorbitant, refusez directement, hormis si vos demandes sont vraiment très spécifiques et demandent de nombreuses modifications sur le code source. De toute manière, mieux vaut demander plusieurs devis et comparer !

Attention au cahier des charges de votre site web!

On ne vous demande pas de cahier des charges et on vous dit que tout est réalisable ? Tout entrepreneur sensé voudrait chiffrer son projet afin d’être sûr de rentabiliser son travail. Il y a alors de bonnes chances pour qu’on ne respecte pas vos souhaits. Ainsi, remplissez un cahier des charge exhaustif, comprenant les fonctions du site, les contraintes techniques (Espace membre, fonctions, structure propice à l’optimisation SEO…), la présentation, le thème et le design, l’arborescence, la gestion du Backoffice, les plugins et widgets… Ne signez le bon de commande et ne versez les éventuels acomptes qu’une fois le cahier des charges signé !

Paiement comptant de votre projet web? Fuyez!

Méfiez-vous des prestataires réclamant le paiement comptant de la prestation avant que celle-ci ne débute ! Il est courant de verser un acompte de 30 à 40 % dès la signature du bon de commande et le reste à la livraison. Dans le cas contraire, une fois les sommes encaissées, il y a beaucoup de chances que vous ne voyez pas votre projet réalisé, ou du moins, pas dans les délais. De même, ne versez pas la somme finale avant réalisation du projet conformément au cahier des charges, sous peine d’être ensuite vite oublié.

Tarif forfaitaire pour un site Web? Mieux vaut se méfier…

Attention aux tarifs forfaitaires ! Par exemple, site vitrine à 2000 euros et site marchand à 6.000€ Pour les mêmes raisons que celles évoquées ci-dessus, même si le projet n’est pas « sur-mesure », la construction d’un site WordPress ne demande pas le même temps de travail selon que le thème doit être personnalisé et selon les plugins à installer et configurer !

Site en acquisition ou en location? Soyez propriétaire de votre site web!

Votre site est-il en acquisition ou en location ? Certaines agences montent les sites web qui restent leur propriété. Si le code appartient toujours au développeur qui l’a créé, ce qui interdit au propriétaire du site d’en faire un commerce (pour des raisons de propriété intellectuelle), certaines agences louent les sites conçus. Selon le tarif et le projet, cela peut avoir des avantages, mais si vous escomptez monter un projet sur le long terme, ce n’est pas une bonne stratégie !

Restez propriétaire de votre nom de domaine!

Restez propriétaire du nom de domaine et le locataire de l’hébergement et accordez uniquement des fonctions d’administrateur à l’agence web pour la conception et les opérations de maintenance. Certains développeurs peu scrupuleux pourraient reprendre le projet pour leur compte ou établir un rapport de force inégal visant à maintenir coûte que coûte le contrat. Vous seriez alors lésé d’une part, mais également dépossédé de votre site en cas de liquidation judiciaire de l’agence !

En bref, voici les petits conseils que j’aurai aimé recevoir avant de débuter dans ce monde du Web!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *